Postraumatski sindrom

Za otvaranje sam teo da dam košulju da se opere i opegla , našo sam neku radnjicu, mali Arap je reko sutra oko 11 za 5 evrića, dao mi je i potvrdu. Svratio sam u dogovoreno vreme i zazvonio, al nije nikog bilo, vrata zaključana, ok reko sebi, otišo je da jede nešto, kenja , opere bulju, šta znam. Ima i neka cedulja na vratima, valjda se vraća uskoro. Eto mene Opeth tamo posle sat vremena, sad je svetlo unutra upaljeno, aha vratio se. Zvonim opet ništa, kucam ništa. Vec sam nervozan, lego sam na zvono , drmam vrata. Lupam na vrata, jebe mi se nek pukne.Opeth ništa. Počinjem da pizdim, cimam za vrata, jebeni antidepresivi samo me prave agresivnim, derem se na srpskom , ubacujem merde na francuskom. Mali garavi kad te se dočepam ubaciću te u mašinu i okrenuću program za belo. Neki francuzi me gledaju, pušite ga, razvaliću vrata, ubiću za kosulju.Nešto kvrca dal su vrata ili nešto u mojoj glavi. Smiri se, daj vidi sta piše na cedulji, zvaće neko muriju,legiju staranaca, NATO… Fotkam cedulju mobilnim, I vraćam se u galeriju. Alo Beonoa, druže aj mi prevedi sta piše na cedulji. PRITISNI ZVONO I POVUCI VRATA ISTOVREMENO.
cedulja

Lieber Professor Knapp
Ich war letzte oder vorletzte Woche in Rennes. Dort ich habe eine neue Arbeit gemacht und ausgestellt, und zwar sind das zwei Mülltone, eine is für die smartphones und die zweite ist für Schmuck und Uhren. Die Leute haben mich gefragt warum sie auch nicht alte und einfache Handys rein werfen können. Ich habe zu ihnen gesagt sie können auch rein scheißen wann sie wollen und wer ich bin neue regeln aufzustellen.
Und dann habe ich noch ihnen ein pedagogiche Beispiel gegeben. Als sie in Serbien die erste Mülltonen für Flaschen mit kleinen passenden locheen aufgestellt wurden, haben die Leute es geschafft echt unmögliche Dinge rein zu stecken.
PS
Meine Mülltonnen in Frankreich sind noch immer leer. Ich habe noch nichts bekommen, weder Scheiße, noch Uhren oder Schmuck
kante

kontejeneri

 

Šverc Komerc [Contrebande]

Je ne me souviens plus vers où ni comment j’ai réussi à faire sortir tous ces travaux, si ce n’est pas pour Požega ou Smederevo, tu as toujours besoin de toute sorte de permis. Et maintenant que je vis de l’autre côté de la frontière, c’est encore plus compliqué, j’ai du débattre avec nos arriérés des postes frontières, pour savoir si telle peinture est une huile sur toile, telle autre une acrylique, savoir si celle-ci est terminée ou tout juste commencée ; c’est tout à fait le même genre de Comancheros bosniaques qui au poste frontière de Kelebija ont voulu me renvoyer en Bosnie à bord d’un camion parce que je suis né à Zagreb. Ça a été encore pire avec ces hongrois nationalistes, je n’étais qu’à quelques centimètres de l’examen rectal. J’ai quand même réussi à convaincre ces idiots à la frontière croate que je suis l’un des leurs et que j’ai un atelier dans la région croate de Zagorje, tout ce stress à valu à mon commissaire d’exposition, qui me conduisait alors, un accès de diarrhée. Je suppose que je ne devrais même pas mentionner ces pauvres malheureux à la frontière slovène qui tentent d’exercer l’autorité austro-hongroise… Et quand après toutes ces conneries, tu ne viens même pas voir l’exposition, et bien, je me sens comme au bord du suicide.

ikokana
Icocana, 2011.
Feuilles de coca sur bois, 60×40 cm
Il y a deux ans, pendant mes vacances au Machu Picchu, j’ai appris que la cité avait eu un système de canalisation conçu de telle manière qu’il ne pouvait être utilisé que pour faire le « numéro 1 » tandis que le « numéro 2 » devait être fait dans les bois, dans de petits trous creusés en l’honneur de Pachamama (déesse suprême Inca). Mâcher des feuilles de coca ou boire du thé à base de feuilles de coca était obligatoire durant le processus. Le concept et l’expérience semblaient très spirituels et m’ont inspiré, j’ai donc demandé à ma petite amie de cacher illégalement deux kilos de feuilles de coca dans son sac à dos. Désormais, nous buvons du thé à Berlin puis je fais le « numéro 1» aux toilettes tandis que pour le « numéro 2 » je fais des trous dans le parc le soir.

Jamesdin

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s